dimanche 10 septembre 2017

Some Random Recordings of Hindustani Music - 4



Ustad Sayeeduddin Dagar est mort il y a quelques semaines. Il a souvent chanté en France. Le voici lors d'une réunion très informelle. Le joueur de pakhawaj n'a pas pu venir. Aucun souci pour le maître qui passe d'un raga à l'autre. On entend les ragas Marwa, Desh, Sarasvati, Jogia, Ahir Bhairav, Bhairav et sûrement quelques autres.

Ustad Sayeeduddin Dagar, who died recently, often came to France. Here he is recorded in 2000 during a very informal gathering. Pakhawaj player couldn't come. The ustad had no problem with that and effortlessly goes from one raga to the other. You hear the ragas Marwa, Desh, Sarasvati, Jogia, Ahir Bhairav, Bhairav and I certainly missed out one or two:

http://www.mediafire.com/file/ha9v9c3vvaqtcs5/Sayeeduddin_Dagar_Live_2000_1.14.18.mp3

Le Très Grand



Vasco Fernandes, mieux connu sous le nom de Grão Vasco, était un peintre portugais de la Renaissance. Dans le musée de Lamago, au Portugal, se trouve un tableau intitulé "La création des animaux". Dieu est la, entouré d'animaux qu'il vient de créer. Un cheval blanc est devant lui.



Il semble tout petit, comme les autres animaux. C'était le début de l'univers. L'histoire, en somme, est la remise à l'échelle de l'univers.

vendredi 8 septembre 2017

Saint Antoine de Padoue



Trente ans que je n'étais
venu ici.

Le monde, peu à peu,
blanchit.

Les morts oublient
nos visages.

Il faut, dit Saint Antoine,
donner ta vie en gage,

et demander
ni clef, ni carte.

Ainsi, un jour,
quand tu crois tout perdu,

tu seras sauvé
par tes enfants.



(Thirty years since
I came here last.

The world, bit by bit
grows pale.

The death leave behind
our faces.

You must, Saint Anthony says,
put your life at stake

and ask for
neither key nor map.

Thus, one day,
when you think all is lost,

You shall be rescued
by your children.)


(travail terminé juillet 2017)

mercredi 15 février 2017

Danse macabre




Mes pas
ne touchent

qu'à peine le sol.
Les siens sont

plus sûrs,
plus mesurés aussi.

Il sait
où nous allons.

Au moins
je ne suis

pas seul
à y aller!

(Travail terminé ce jour.)

vendredi 13 janvier 2017

Plus que mort



Les mémento mori nous font rappeler que rien n'est éternel est que chacun, un jour, se trouvera, pourrissant, dans une boite en bois. Ces avertissements sont parfois très directs: une boite, transparente et un corps en décomposition. Une boite que l'on porte sur soi pour la sortir de temps en temps.





Pourtant, dans un roman indonésien que je lisais l'autre jour un des protagonistes disait: Si la mort était vraiment si terrible il y aurait plus de revenants. Il n'y en a pas tant que cela. Alors, la mort n'est peut être pas si mauvaise.

(Musée Schnutgen à Cologne)